Maxi-Race d’Annecy 2013

image0011er décembre 2012, ouverture des inscriptions aux épreuves de la Maxi-Race du lac d’Annecy. On ne raterai pour rien au monde d’être présents pour le 26 mai prochain. En effet, originaires d’Annecy, courir à domicile en terrain connu nous émule. Cinq minutes plus tard, monsieur est inscrit sur l’ultra et madame sur le marathon. On prévient les grands parents afin qu’ils réservent le week-end pour nous accueillir et faire les nounous, facile! Trois semaines plus tôt nous avions effectués deux récos sur les premières parties de chacun, l’état du terrain était difficile à cause des gros névés encore en place et des effondrements de terrain dû aux pluies incessantes des derniers mois.
Nous voilà fin mai prêt à en découdre, excités comme des puces à l’idée d’une belle journée de trail sur les hauteurs du lac d’ Annecy, la ligne d’arrivée sur la plage d’Albigny dans un coin de la tête. Mais la semaine qui précède, le beau temps ne vient toujours pas. L’organisation maintient la course en modifiant le parcours une fois puis une deuxième fois à deux jours des épreuves. Mais pas d’annulation. Le vendredi après midi nous prenons donc la route de Paris en direction d’Annecy.

Pack collector 2013Samedi, nous partons retirer les dossards sur les coups de midi, il pleut, il fait froid, chouette ambiance pour une fin mai ! Sur place, c’est la gadoue au milieu des stands. Ambiance maussade. Devant la tente des retraits des dossards, un grand panneau indique « revenir pour 13 heures, course suspendue en attente de décision des commissaires de course ». Un petit coup dur mais vu le temps, on était déjà assommés, alors on fait comme les autres, on tournent en rond sur les différents stands mais personnes est à la fête. 13 heures, le directeur de course n’y va pas par quatre chemins, les épreuves sont annulés sur décision préfectorale car les mauvaises conditions, à savoir neige et froid pour demain ne permettent pas aux secours d’intervenir si besoin. Le directeur de course nous invite à récupérer notre dossard et le lot de finisher d’un air très dépité. Pas facile de faire cette annonce… La déception est là. Beaucoup on fait de longs déplacements mais c’est le jeu ma pauvre Lucette! Tiens elle où celle-là ?

Maxi-race-off

Dans l’aprem, nous donnons RDV à Nicolas, un ami coureur qui était aussi inscrit sur l’ultra à notre QG, le Munich afin de boire quelques bières ! Ah que de trailers échoués dans les bars cet aprem. On boit mais on se met d’accord pour se retrouver demain matin pour aller faire le Semnoz. Seule montagne à proximité qui est bien praticable et qui offre un excellent terrain de jeu. On connaît les chemins, andiamo !
Dimanche 26 mai, 7 heures nous nous retrouvons devant le cinéma et c’est parti pour 3 heures d’ascension. Il ne fait pas froid, pas de vent, c’est parfait. Les deux gars mènent bon train, m’attendent quand même à certaines bifurcations faudrait pas perdre la gonzesse quand même d’autant que la boussole pour la descente, c’est moi!  

Nous trouvons les premières traces de neige vers 1300 mètres et le manteau est blanc autour de 1500 mètres, ce qui confère à la forêt une jolie ambiance hivernale. La trace est faite, nous croisons 6 coureurs matinaux ou rapides descendants du sommet. Nous sommes là-haut vers 10 heures, il fait 5° et il y a environ 20 cm de neige et un peu de brouillard. Un petit groupe me congratule pour ma première place de féminine au scratch, la deuxième arrive 5 minutes après aussi heureuse que moi de faire le podium. L’ ambiance au sommet est chaleureuse. Nous échangeons quelques mots avec un groupe de trailers venus de Clermont Ferrand qui continu sur le col de Leschaux en direction de Doussard. On fait quelques photos et l’heure de redescendre est venue, çà caille quand même. On se couvrent chaudement, il se met à tomber du grésil. 

Nous croiserons dans la descente une bonne centaine de naufragés de la course. Pour changer nous empruntons dés que cela est possible une variante en passant par les crêtes, puis les Puisots et la Grande Jeanne. Nous retrouvons rapidement la visitation au dessus d’Annecy et la veille ville et enfin le cinéma. La boucle est bouclée. 33km et 1400 mètres de dénivelé. Ma foi, c’était bien sympa cette matinée en off. Une bonne sortie longue.
Il est temps de se séparer avec Nicolas, les enfants et les grands parents nous attendent pour le repas de la fête des mères! Oups
Retour sur Paris dans l’aprèm, quand même contents d’avoir pû gambader dans la montagne. Prochain objectif… la 6000D, ouille !

Merci d'avoir lu cet article. 
Pour aller plus loin vous pouvez recevoir gratuitement ma vidéo  
"Comment bien débuter la course à pied "

Dites-moi juste à quelle adresse je dois vous envoyer la vidéo
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les 7 Secrets de la Course à Pied

Recevez gratuitement mon livre "Les 7 Secrets de la Course à Pied"
Vous y découvrirez en autre :

  • Comment bien débuter !
  • Comment ne pas se blesser !
  • Comment progresser !

Les 7 Secrets de la Course à Pied

Recevez gratuitement mon livre "Les 7 Secrets de la Course à Pied"
Vous y découvrirez en autre :

  • Comment bien débuter !
  • Comment ne pas se blesser !
  • Comment progresser !